POST RÉCENTS 

February 15, 2018

January 22, 2018

Please reload

MEDUSA - BIJOUX ET TABOUS

30/07/2017

MEDUSA, BIJOUX ET TABOUS

 

Du 19 Mai 2017 au 05 Novembre 2017 -MUSÉE D'ART MODERNE DE LA VILLE DE PARIS

 

Reproduction d’une œuvre de Salvador Dalí par Henryk Kaston, Broche Ruby Lips, années 1970-80
Broche
Or 18 carats, rubis, perles de culture

Miami, Collection particulière © Photo : Robin Hill 
© ADAGP, Paris 2017

 

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris présente MEDUSA, une exposition portant un regard contemporain et inédit sur le bijou, qui révèle certains tabous.
Tout comme le visage de Méduse dans la mythologie grecque, le bijou attire et trouble celui qui le conçoit, le regarde ou le porte. Objet au statut ambigu, à mi-chemin entre parure et sculpture, il reste l’une des formes d’expression artistique les plus anciennes et universelles bien qu’il ne soit pas nécessairement considéré comme une œuvre d’art. Il est en effet souvent perçu comme trop près du corps, trop féminin, précieux, ornemental, ou primitif.
Mais il doit aux artistes d’avant-garde et aux créateurs contemporains d’avoir été réinventé, transformé et éloigné de ses propres traditions.

 

Karl Fritsch, Bague, 2006
Argent oxydé, pierres fines
Collection Ville de Cagnes-sur-Mer
© Karl Fritsch © Collection Ville de Cagnes-sur-Mer

© ADAGP, Paris 2017

L’exposition réunit plus de 400 bijoux : réalisés par des artistes (Anni Albers, Man Ray, Meret Oppenheim, Alexander Calder, Louise Bourgeois, Lucio Fontana, Niki de Saint Phalle, Fabrice Gygi, Thomas Hirschhorn, Danny McDonald, Sylvie Auvray...), des bijoutiers d’avant-garde et de designers (René Lalique, Suzanne Belperron, Line Vautrin, Art Smith, Tony Duquette, Bless, Nervous System...), mais aussi des bijoutiers contemporains (Gijs Bakker, Otto Künzli, Karl Fristch, Dorothea Prühl, Seulgi Kwon, Sophie Hanagarth...) ou encore des joailliers (Cartier, Van Cleef & Arpels, Victoire de Castellane, Buccellati...), ainsi que des pièces anonymes, plus anciennes ou non-occidentales (de la Préhistoire, du Moyen-Age, des bijoux amérindiens, du punk et du rap au bijou fantaisie...).

 

Cartier Paris, Collier Serpent, commande de 1968 Platine, or blanc et or jaune, 2 473 diamants taille brillant et baguette pour un poids total de 178,21 carats, deux émeraudes de forme poire (yeux), émail vert, rouge et noir
Photo : Nick Welsh
© Collection Cartier

© ADAGP, Paris 2017

 

Meret Oppenheim, Bracelet, 1935
Fourrure, métal. Pièce unique. Paris, collection particulière © Meret Oppenheim
© ADAGP, Paris 2017

 

 

Van Cleef & Arpels, Bracelet Ruban, 1959 Platine, or jaune, Serti Mystérieux rubis, diamants Collection Van Cleef & Arpels
© Van Cleef & Arpels
© ADAGP, Paris 2017

 

 

Ces pièces, connues et méconnues, uniques, multiples, faites à la main, industriellement, ou par ordinateur, mélangent des esthétiques raffinées, artisanales, amateures, ou au contraire futuristes.

 

Elles vont parfois bien au-delà du bijou et n’hésitent pas à explorer des usages inhabituels...

 

 

Anni Albers et Alexander Reed, Reconstitution de Drain Strainer Piece, 1988

8. Anonyme, Bague Memento Mori, vers 1730 Argent, or, émail, cristal de roche

Collection Katharina Faerber

© KFAERBER

Grille d’évier, trombones, chaînette

Bethany, The Josef and Anni Albers Foundation
© 2017 The Josef and Anni Albers Foundation
© ADAGP, Paris 2017

 

Please reload

© 2018 Laurie Couratier

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon