POST RÉCENTS 

February 15, 2018

January 22, 2018

Please reload

CHRISTIAN DIOR, COUTURIER DU RÊVE

16/07/2017

CHRISTIAN DIOR, COUTURIER DU RÊVE - Musée des Arts Décoratifs - Paris

Du 05 Juillet 2017 au 08 Janvier 2018

 

Le Musée des Arts Décoratifs célèbre l'anniversaire marquant les 70 ans de la création de la maison Christian Dior autour d'une exposition d'exception.

 

Emma Summerton pour «Christian Dior Couturier du Rêve»

 

 

Riche et dense, cette rétrospective spectaculaire invite le visiteur à découvrir l’univers de son fondateur et des couturiers de renom qui lui ont succédé : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et, tout récemment, Maria Grazia Chiuri.
Emotions, histoires vécues, affinités, inspirations, créations et filiations relient cette sélection de plus de 300 robes de Haute Couture conçues de 1947 à nos jours.

 

 

 


A leurs côtés, et pour la première fois de manière aussi exhaustive, sont présentés toiles d’atelier et photographies de mode, ainsi que plusieurs centaines de documents (illustrations, croquis, photographies de reportage, lettres et manuscrits, documents publicitaires...), et d’objets de mode (chapeaux, bijoux, sacs, chaussures, flacons de parfums...). Et si Christian Dior fut aussi un homme de l’art et un amoureux des musées, plus de 70 années de création dialoguent également avec tableaux, meubles et objets d’art. Ces œuvres soulignent et prolongent le regard de Christian Dior en explorant les liens qu’il a su tisser entre la couture et toutes les formes d’art, définissant l’empreinte de la maison.
Les deux commissaires, Florence Müller et Olivier Gabet, ont construit leur propos selon un parcours chronologique et thématique réunissant et investissant, pour la première fois réunis ensemble, les espaces dédiés à la mode ainsi que ceux de la nef du musée, soit près de 3 000 mètres carrés.

 

Personnage-clé de la mode du XXe siècle depuis sa collection « New Look » du Printemps-eEté 1947, Christian Dior a profondément modifié l’image de la femme, renvoyant au passé la silhouette masculine des années de guerre. Ses robes expriment une féminité moderne, celle de sa femme- fleur, dessinant un corps aux courbes sinueuses et dont le port fait référence à la culture académique du ballet classique.

 

Maria Grazia Chiuri pour Christian Dior, robe New Junon, collection haute couture printemps-été 2017 © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

 

 

L’exposition s’ouvre sur un rappel de la vie de Christian Dior, son enfance à Granville, ses   « années folles » de découverte de l’avant-garde de l’art et des spectacles parisiens, son apprentissage du dessin de mode et son entrée dans la haute couture.

Amateur d’antiquités et d’objets d’art, collectionneur d’Art nouveau et décorateur passionné par le XVIIIe siècle, amoureux des jardins, il a puisé dans toutes ces sources tant pour agrémenter ses résidences privées que pour définir l’esthétique de sa maison de couture et de ses créations. On découvre, en effet, que ses robes sont empreintes de références à la peinture, à la sculpture, mais aussi à tout ce qui compose l’art de vivre : papiers peints, étoffes, porcelaines ou chinoiseries.

 

 

Claude Monet, Le Jardin de l’artiste à Giverny, 1900, huile sur toile, Paris, Musée d’Orsay © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / hervé Lewandowski
Christian Dior, robe Miss Dior, collection haute couture printemps- été 1949, ligne Trompe-l’oeil, robe du soir courte brodée de fleurs par Barbier, Paris, Dior héritage © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

 

 

Christian Dior, robe Opéra Bouffe, haute couture automne-hiver 1956, ligne Aimant. Robe du soir en faille de soie d’Abraham. Paris, Dior héritage
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope *

 

Toutes ces thématiques créatives, sur lesquelles ses successeurs sont revenus comme sur des leitmotivs, sont tour à tour dévoilées : l’art et la photographie, la profusion des couleurs et des textures, l’élégance stricte parisienne, la référence au décor néoclassique, les trésors de l’exotisme, la fascination pour le thème floral.

Ces thèmes sont mis en scène par Nathalie Crinière, dans des ambiances évoquant successivement la galerie de Monsieur Dior, les ateliers Dior, l’Avenue Montaigne, le Trianon, les voyages, ou encore un jardin merveilleux.

 

 

Franz Xaver Winterhalter, Madame Rimsky Korsakov, huile sur toile, 1864, Paris, Musée d’Orsay
© Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt


 

Peter Lindbergh, robes Kusudi et Kitu, collection haute couture printemps-été 1997, modèles Kiara Kabukuru et Debra Shaw © Peter Lindbergh
 

John Galliano pour Christian Dior, collection haute couture printemps-été 2004, veste et jupe brodées, Paris, Dior héritage © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

 

Pour cet ambitieux projet, la plupart des œuvres présentées sont issues du fonds Dior héritage, le plus souvent jamais vues à Paris, auxquelles s’ajoutent les prêts exceptionnels provenant des collections du musée des Arts décoratifs et de l’union française des Arts du costume, du Palais Galliera, du Costume Institute au Metropolitan Museum of Art de New York, du Victoria and Albert Museum de Londres, du De Young Museum de San francisco, de la fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, du Museum of London, du musée Christian Dior de Granville, ainsi que des œuvres d’art prestigieuses, de tout temps et de toute époque, provenant des collections du musée du Louvre, du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie, du Château de Versailles, du Centre Pompidou, du musée des Arts décoratifs et de nombreuses collections particulières.

 

Michal Pudelka, robe Baiser rouge, collection haute couture printemps-été 2017, modèle Ruth Bell © Michal Pudelka

 

Le parcours proposé est beaucoup trop fabuleux pour que je vous en révèle plus ici.
Je suis certaine que la magie saura opérer sur chacun d'entre vous et attend vos impressions avec impatience !

 

Please reload

© 2018 Laurie Couratier

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon