POST RÉCENTS 

February 15, 2018

January 22, 2018

Please reload

#LumièreSur - Sarah's Bag

01/01/2016

Sarah's Bag, c'est le Manousheh et le Kaakeh devenus accessoires de mode, Oum Kalthoum dans un triptyque Pop-Art ou encore les clutches RetailTherapy, les pilules qui euphorisent un look en un clin d'oeil.

Mais Sarah's Bag c'est aussi un projet social et humain fort, des valeurs que je ne pouvais pas ne pas souligner.

 

Paris n'a pas le monopole de la Mode, alors je profite de mon passage à Beyrouth pour rencontrer quelques artistes et créateurs libanais. De vraies personnalités. 

 

Loin du fashion system, Sarah Beydoun a entrepris des études de sociologie, et au cours de sa thèse a fait 6 mois de bénévolat pour l'ONG Dar El Amal ( House of Hope ) qui permet la réhabilitation de prostituées et ex-prisonnières au Liban. Sarah se rend compte alors que rien ne peut aider ces femmes à sortir de leur situation que si elles sont dirigées vers des activités pour gagner leur vie.

Cette expérience lui donne l'idée de combiner sa mission à son amour pour la mode.


Au début simplement autour d'un petit projet de création de bracelets, Sarah va proposer à 3 - 4 femmes de créer des pièces de broderies pour des sacs. 

Les femmes se révèlent douées de leurs mains, celles qui le sont moins se voient formées par les autres, les commandes arrivent et les femmes sont maintenant 20.
Sarah crée douze sacs brodés de perles avec les prisonnières de Baahda et les propose sur le Souq al Barghout à Beyrouth. Ils se vendent tous.

Sarah's Bag est né.

 

Le travail manuel apaise un peu ces femmes, au moins un temps, leur offre une parenthèse, un but, une mission, une place au sein d'une institution. Cela leur apporte aussi et surtout de quoi se payer une cantine, envoyer de l'argent à leur famille, et s'offrir les services d'un avocat. 

Les aidant ainsi à se réinsérer, à reprendre confiance, retrouver une dignité et une place dans la société. 

 

Aujourd'hui ce sont près de 200 personnes qui travaillent avec Sarah, et chaque saison Sarah's Bag remet au goût du jour d'anciennes techniques artisanales. 

 

 Tout le travail manuel est réalisé par les femmes en prison, les pièces arrivent à l'atelier de Sarah et sont ensuite envoyées chez des artisans spécialistes qui les montent en sac. Ces artisans sont les mêmes depuis le début de l'aventure Sarah's Bag, et leur technicité évolue sans cesse, Sarah cherchant constamment à perfectionner ses techniques et ses équipes.

Si les premières collections étaient très influencées par la culture et les richesses de l'Orient, aujourd'hui elles exploitent davantage de courants et mouvements, ciblant à l'international, et non plus simplement la femme Libanaise ou Moyen-Orientale. 

 

Le sac Sarah's Bag s'est ainsi fait en quinze ans une place très particulière dans la sphère mode et se veut la cherry on the top de l'outfit de celle qui le porte.
Fonctionnel, colorful, il raconte une double histoire : celle des femmes qui l'ont créé, et de toutes celles qui le portent. 

 

 

Sarah's Bag
100 Rue du Liban
Ashrafieh, Tabaris
Beyrouth ( Liban )

Please reload

© 2018 Laurie Couratier

  • Facebook Social Icon
  • Instagram Social Icon